SO-TA-LA, étymologiquement « moyen de partir en ville », il s’agit d’ici d’un transport urbain de Bamako qu’on appelle SOTRAMA (société de transport malien).
Elle aurait commencé à circuler dans la ville vers les années 80 comme transport en commun urbain.
De nos jours, apriori la société n’existe presque plus, mais son nom SOTRAMA est devenu une référence, et avec le temps le nom de la SOTRAMA comme une société se mute en un nom commun pour désigner les transports en commun SOTRAMA dans la ville de Bamako.
Chaque SOTRAMA est constituée d’un chauffeur et un apprenti-chauffeur, parfois deux.

SOTRAMA est aussi une organisation dirigée par un groupe d’homme (généralement des chauffeurs retraités) qu’on les appelle les syndicats qui font régner l’ordre.
Ils ont des sanctions en cas de désordre créé par un chauffeur :
-Immobilisation de la SOTRAMA, la durée parte d’une heure à vingt-quatre heures.
-Saisir des bans de la SOTRAMA, en contre parti le chauffeur paye 3.000F.cfa pour récupérer les bans.
La SOTRAMA est un moyen de transport principal dans la ville de Bamako et le cout est favorable dans l’ensemble, elle est utilisée par toute les couches de la population bamakoise pour se rendre à leurs activités.
Au cours du trajet, la SOTRAMA devient un lieu d’échange et de rencontre, une mine d’information et de débat autour du divers sujet.

Sidiki Haïdara

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sidiki à votre disposition

Merci de compléter le formulaire ci-contre pour toute demande d’information.

Formulaire de contact